134

Quels sont les travaux pris en charge par l’Anah ?

 Quels sont les travaux pris en charge par l’Anah ?

Depuis 50 ans l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) a pour mission de participer à l’amélioration de l’habitat privé, individuel ou collectif, en valorisant des travaux de rénovation/réhabilitation énergétique et de promotion écologique.  A long terme, ces améliorations vont contribuer à la préservation de l’environnement et des ressources, tout en procurant un confort immédiat aux habitants, ainsi que de réelles économies.

Placée sous la tutelle des ministères de l’Economie, de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, l’Anah octroie un certain nombre d’aides, soumises à conditions mais cumulables avec d’autres subventions.

Les principaux travaux pris en charge par l’Anah

 

L’outil majeur de cette rénovation s’incarne dans MaPrimeRénov’. Destinée aux propriétaires, d’une maison ou d’un appartement, habité ou loué, et aux parties communes de copropriétés, elle est variable selon le revenu et les travaux envisagés.

Le financement concerne des travaux de rénovation qui améliorent le confort des  habitants et apportent un gain en matière de dépenses énergétiques.

La pose d’un chauffage écologique (solaire, chaudière à granulés, pompe à chaleur), d’un régulateur thermique et les travaux d’isolation sont éligibles au soutien de l’Anah. Ces derniers interviennent en complément car le bénéfice d’un chauffage vertueux n’est pas total dans un logement mal isolé.

MaPrimeRénov'

Quels sont les travaux concernés par MaPrimeRénov’ ?

L’isolation est la première étape pour protéger son logement des pertes de chaleur, comme de la fraîcheur en été. On peut agir sur toutes les ouvertures, portes et fenêtres, mais aussi le toit, les murs et le sol. 

L'isolation des ouvertures : portes et fenêtres

Les menuiseries extérieures constituent une voie majeure d’entrée de l’air froid et de déperdition de chaleur. Les fenêtres peuvent être remplacées par des cadres (dormants) et ouvrants plus hermétiques, en particulier s’il s’agit de fenêtres en bois dont la matière a vieilli, et dotées de double vitrage particulièrement isolant. De même, une porte peu épaisse ou peu étanche sera remplacée par une porte, métallique par exemple, dont l’épaisseur garantit une bonne isolation thermique.

L’isolation des murs

L’isolation des murs représente une autre étape fondamentale. Elle peut s’effectuer par l’intérieur, au moyen de matériaux divers : polystyrène, laines végétales ou animales … L’intérêt est de pouvoir procéder pièce par pièce, en commençant par les plus exposées, afin d’échelonner travaux et dépenses. Les murs extérieurs sont réalisés par la pose de matière isolante recouverte d’enduit ou par un bardage. L’avantage de l’isolation externe est de préserver la superficie des pièces et de ne pas perturber la vie quotidienne pendant les travaux. Si ceux-ci modifient l’aspect de la maison, en cas de bardage par exemple, une autorisation est nécessaire.

L’isolation de la toiture 

Le toit demeure un point de déperdition thermique, responsable de près de 30 % de la chaleur, puisque l’air chaud s’élève. Les matières privilégiées pour cette isolation sont la laine de verre ou de roche, des laines naturelles (chanvre, mouton…) ou fibres recyclées. Si les combles sont habités et aménagés, la solution réside dans une isolation de la toiture par l’extérieur.

Le sous-sol, un pont thermique à isoler

Garage et sous-sol ne sont pas étrangers aux pertes thermiques. Espaces de passages éphémères, leur confort ne figure pas parmi les priorités. Ils peuvent pourtant être source de nuisance, en particulier avec la traversée de l’humidité par le sous-sol. L’accent doit alors être mis sur l’isolation du plafond pour limiter les remontées froides.

Les systèmes de chauffage écologique 

Avec l’urgence écologique et les nombreux progrès réalisés sur le plan de l’innovation dans la recherche de nouvelles sources d’énergie de nouveaux modes de chauffage sont aujourd’hui disponibles.

Le chauffage solaire

Chauffage Solaire

Le chauffage solaire a évolué en sophistication. Il peut assurer le chauffage de l’habitation et de l’eau. Avec un équipement en aérovoltaïque, la chaleur produite par les panneaux permet de produire de l'électricité. En cas de surproduction par rapport aux besoins, cette électricité peut être revendue à un prestataire d’énergie. Le système solaire permet d’économiser jusqu’à 80 % de la facture d'eau chaude et près de 60 % de celle de chauffage.

Les pompes à chaleur

 

Les pompes à chaleur, qui utilisent la chaleur naturellement contenue dans le sol ou l’air, ont également diverses configurations utiles à habitat ; système air-eau, qui chauffe l’eau par la chaleur captée, air-air, qui transfère l’air chaud puisé à l’extérieur vers l’intérieur, géothermique, qui utilise la chaleur de la terre pour alimenter chauffage de l’eau et intérieur.

Pompes à chaleur

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois

 

Le chauffage au bois a effectué sa mutation contemporaine en mettant en valeur un combustible renouvelable au service d’installations performantes. La cheminée traditionnelle, dotée d’un insert, fournit et récupère désormais une chaleur diffusée à l’ensemble de l’habitat.

La Ventilation et la régulation aussi

La VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) est indispensable pour évacuer et renouveler l’air. Elle permet de purifier l’intérieur des polluants, de réguler l’humidité ambiante et d'assurer un espace d’habitat sain. A simple flux, qui fait pénétrer de l’air neuf à l’intérieur, la VMC hygrogérable régule le débit en fonction de l’humidité ambiante. A double flux, l’air issu de l’extérieur est introduit dans les pièces de vie, séjour ou chambres et évacué par extraction depuis les pièces humides, cuisine ou salle de bain.

Dans les deux cas, la VMC favorise les économies d’énergie, en évitant une déperdition de chaleur moindre qu’en ouvrant les fenêtres, et assainit l’atmosphère de l’habitat.

La régulation par thermostat contribue aux gains énergétiques en maîtrisant la consommation pour qu’elle soit concentrée et maintenue à un niveau adéquat aux heures d’occupation et réduite durant les absences, évitant ainsi des dépenses inutiles.

En Outre-mer, cette aide finance des travaux pour limiter les effets de la chaleur. Depuis 2022, les propriétaires de logements achevés depuis plus de deux ans sont éligibles à MaPrimeRénov’. La ventilation des toits, l’installation de chauffe-eau solaire et de protection ou de bardage des murs font partie des travaux subventionnés.

Conditions et montants des aides Anah : MaPrimeRénov’ et autres dispositifs 

Le site dédié accueille les demandes d’information et les d’instruction des dossiers. Il permet de vérifier les conditions d’éligibilité, en particulier sur le plafond de revenus exigé.

Les propriétaires occupants

Les propriétaires occupants disposent de plusieurs aides possibles.

MaPrimeRénov’ : destinée aux travaux de rénovation énergétique (isolation, chauffage, ventilation, audit énergétique). Le montant est fixé à l’avance. En 2024 MaPrimeRénov’ élargit son dispositif en aidant au financement de chauffage et chauffage sanitaire décarboné. Le remplacement d’une chaudière ancienne génération par une pompe à chaleur, la pose de chauffe-eau solaires, d’un poêle à bûches ou granulés, le raccordement à un réseau de chaleur et/ou de froid, autant d'installations éligibles à une aide, appelée MaPrimeRénov’ Parcours décarboné.

Les plafonds sont fixés en fonction du niveau de revenus et du nombre d’occupants de l'habitation. En effet, MaPrimeRénov’ s'adresse aux ménages classés en trois catégories : très modestes, modestes ou intermédiaires.

A partir de juillet 2024, les logements considérés comme des passoires thermiques (Classe F ou G) seront éligibles à l’aide MaPrimeRénov’ Parcours accompagné. Le plafond de cette aide est déterminé en fonction du gain de classes (au moins deux) opéré et va de 20 à 100 % de prise en charge selon le niveau de revenus. Les travaux d’isolation accompagnés par cette aide doivent inclure un équipement de chauffage décarboné.

Tous les ménages, sans conditions de ressources, peuvent bénéficier de MaPrimeRénov’ Parcours accompagné.

Les propriétaires bailleurs

Les propriétaires bailleurs sont, pour leur part, éligibles à MaPrimeRénov’ Parcours accompagné suivant les critères suivants: 

  • Être une personne physique
  • Pour un logement de plus de 15 ans, situé en France métropolitaine
  • Faire réaliser les travaux par une RGE
  • Louer le bien en résidence principale pour une durée de 6 ans au moins
  • Ne pas inclure les travaux dans une réévaluation du loyer 

Les propriétaires bailleurs peuvent solliciter la prime pour 3 logements loués.

Depuis le 1er janvier 2021, MaPrimeRénov’Copropriétés couvre des travaux de rénovation énergétique pour des parties communes, avec un plafond de 25 000 euros par logement. La copropriété doit comporter au moins 75 % de résidences principales et avoir été construite depuis plus de 15 ans.

Les primes sont versées après l’achèvement des travaux et suite à l’envoi des factures relatives à ceux-ci.

/

L’aide Habiter Facile 

relative à des travaux d’adaptation d’une habitation au handicap ou au vieillissement (monte-escalier, remplacement d’une baignoire par une douche, élargissement des entrées…), elle peut atteindre 50 % du montant des travaux 

L’aide Habiter Sain

concerne des travaux de rénovation des réseaux de gaz, d’électricité ou d’eau. Cette aide finance jusqu’à 50 % des travaux, avec un plafond de 10 000 euros

L’aide Habiter Serein 

octroyée pour une sécurisation de l’habitat, comme un renforcement des fondations ou un changement de toiture, elle prend en charge 50 % de ces grands travaux, avec un montant maximum de 25 000 euros.

Les conditions d’attribution des aides ci-dessus détaillées aux propriétaires occupants sont :

  • Pour un logement de plus de 15 ans
  • Ne pas avoir bénéficié d’un prêt à taux zéro pour accession à la propriété dans les 5 dernières années
  • Le montant minimum des travaux doit être de 1 500 euros
  • Les travaux doivent être réalisés par une entreprise RGE (Reconnue Garant de l’Environnement)
  • Justifier d’un plafond de ressources fixé à un niveau national.

Aides complémentaires

D’autres aides peuvent être cumulées avec celles de l’Anah.

Le chèque énergie : accordé aux revenus modestes sans sollicitation il est destiné à aider le règlement des factures de gaz et d’électricité, pour un montant maximum de 277 euros.

L’éco-prêt à taux zéro, ou éco-PTZ : pour des travaux de rénovation énergétique, les propriétaires occupants, bailleurs, syndics de copropriété peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro de 7 000 à 50 000 euros. Depuis 2024, existe  un éco-PTZ Prime Rénov, pour les personnes déjà éligibles à MaPrimeRénov et qui correspond au reste à charge, une fois ce dernier dispositif appliqué, avec de surcroît la possibilité d’étaler son remboursement sur vingt ans. Le logement concerné doit avoir plus de deux ans et les travaux doivent être confiés à un artisan RGE.

La TVA réduite à 5,5 % : ce taux préférentiel s’applique aux travaux d’amélioration énergétique, pour la pose de matériaux ou équipements performants en économies d’énergie.

Les collectivités locales et certaines caisses de retraite participent à des assistances financières pour des travaux de rénovation énergétique.

Les propriétaires bailleurs bénéficient d’une aide fiscale sous la forme d’une réduction d’impôts pour des travaux effectués dans leurs biens loués, à condition de les réserver à des ménages aux revenus modestes, pour un loyer raisonnable.

Appelez METAL 2000 au 09 72 10 19 19 pour en savoir plus sur les aides disponibles pour la rénovation énergétique de votre logement !

0972101919 09 72 10 19 19 devis rideau metallique Devis gratuit